Comment économiser sur nos assurances collectives ?

Publié par

Pour aider ses membres à économiser, la FSSS-CSN met de l’avant des pistes pour réduire la facture de nos assurances collectives.

Nos assurances collectives coûtent cher et principalement pour 2 raisons qui ont à voir avec le désengagement du gouvernement envers nous. D’abord, les assurances du personnel du réseau de la santé et des services sociaux coûtent cher parce que l’employeur ne contribue pas suffisamment aux assurances et parce que le gouvernement s’entête à ne pas mettre en place une assurance médicaments 100% publique.

Et en plus, le gouvernement nous presse comme des citrons depuis des années. Le résultat, c’est que plusieurs d’entre nous tombent en arrêts de travail ou ont besoin de plus de services professionnels. Et c’est donc nous qui payons la facture pour l’austérité indécente des gouvernements !

Pour faire face à cela, la FSSS-CSN met de l’avant plusieurs choses pour parvenir à baisser la facture.

Miser sur la flexibilité de notre régime pour économiser

Notre régime offre les meilleures protections au prix le plus concurrentiel. Il est aussi très flexible, ce qui est une manière importante d’économiser.

Notre régime offre 3 options pour l’assurance santé : Santé I, II et III. Bien choisir le niveau de protection dont on a besoin, c’est une bonne manière d’économiser.

Pour vous aider, nous vous invitons à consulter cet outil de calcul de primes qui vous permettra de comparer les différentes options du régime.

Et contrairement aux régimes d’autres organisations syndicales, notre régime permet de changer de couverture sans avoir à donner de preuve de bonne santé. Ce qui veut donc dire par exemple que vous pouvez choisir l’option Santé I si vous n’avez actuellement pas de problèmes importants et changer pour une couverture à la hausse en cours, soit à chaque paie.

De plus, il est possible de moduler votre choix d’assurance collective pour vos personnes à charge. Si vous avez une protection familiale, vous pouvez donc prendre une couverture supérieure pour vous et inférieure par exemple pour vos enfants.

Se regrouper pour une assurance médicaments 100 % publique

Une excellente manière d’économiser collectivement sur nos assurances, ce serait d’avoir une assurance médicaments entièrement publique. Avec ce régime, le Québec économiserait de 1 à 3 milliards de dollars annuellement. Ce serait des économies pour l’État, mais aussi pour nous parce que nos médicaments coûteraient moins cher !

C’est pourquoi la CSN a lancé une campagne pour convaincre le gouvernement de passer à l’action sur cette question.

Ensemble pour contrôler les coûts

Il y a aussi plusieurs moyens de faire des économies en changeant certaines de nos habitudes individuelles. Le tout peut avoir un impact réel sur les tarifs de nos assurances collectives.

N’hésitons pas à magasiner !

Nous l’avons vu, le coût d’un médicament peut varier grandement d’une pharmacie à l’autre. Il en va de même pour les soins et les services en assurance maladie et en soins dentaires.

Nous n’hésitons pas à comparer les prix lorsqu’il s’agit de vêtements ou de nourriture. N’hésitons pas non plus à le faire lorsqu’il s’agit de nos soins de santé.

Quand on magasine ses médicaments, il est important de le faire pour son panier de médicaments. Le pharmacien doit suivre l’ensemble de votre dossier. La dernière chose à faire est d’acheter cinq médicaments dans cinq pharmacies différentes.

Achetons en plus grande quantité

Les achats en plus grande quantité sont généralement moins coûteux pour les médicaments. À chaque achat de médicaments, le pharmacien nous facture des honoraires. En achetant pour 90 jours plutôt que 30, les honoraires devraient être réduits et ainsi permettre une économie.

Pour éviter le gaspillage lorsqu’on débute un nouveau traitement, idéalement il faut limiter la quantité de médicaments qu’on achète à la fois. Pourquoi ? Parce que votre médecin peut modifier le dosage et/ou le changer pour un autre.

Choisissons le générique !

Les médicaments génériques sont une copie à faible coût d’un médicament d’origine dont le brevet est expiré. Ils répondent exactement aux mêmes normes de qualité et de pureté mises de l’avant par Santé Canada. La seule différence est le coût. Un médicament générique peut coûter jusqu’à 75 % moins cher que son équivalence d’origine.

Soyons prudents avec les nouveautés !

C’est connu, les compagnies pharmaceutiques mettent beaucoup d’énergie et d’investissements pour introduire de nouveaux médicaments apparemment plus efficaces.

Posons-nous la question suivante : avons-nous des problèmes avec le médicament que nous consommons ? Si la réponse est non, pourquoi accepter de payer plus pour arriver au même résultat ? N’hésitons pas à en discuter avec notre médecin.